De traverses

A partir de nous
Il n’y aura plus que moi…
Le temps d’étreindre un rêve 
Paumes ouvertes.

Les messagers ont rempli
Mon cœur
De nouvelles lumières 
Qui filent 
Leurs tendresses 
Sur des bouches 
Confiturées
Au bois clair
Des matins calmes.

J’appuie ma tête
Contre l’arbre de vie
Et de cette sève musicale
S’envole l’oiseau-sourire…

Il rejoint
Le battement fringuant 
D’une main-papillon
E-fleur-ant
Mon plexus
Solitaire
D’une paix humble
A recueillir.

C’est à contre-courant 
Que j’irai
Pour taire l’insoutenable 
De ses
Mots-aux-poings…
Adieu strident
Dans la gueule de l’hiver.

Dans ces chemins de
Traverses
Je ferai acte-deux-fois
Pour le pardon 
Et pour l’histoire
Tout simpl-aimant.

A partir de nous
Il n’y aura plus que moi…
Le temps d’éteindre un rêve 
Paupières closes.

Marina Rogard

© Tous droits réservés – 2020 – Marina Rogard

6 Replies to “De traverses”

  1. Encore une fois de plus une très belle écriture, imagée, touchante qui laisse l’imaginaire se créer mais qui tend à être malgré tout explicite.
    Des mots vrais qui regorgent de sincérité humaine

    Aimé par 1 personne

Commentaires fermés