La dame blanche

Viens faire un tour dans mon imaginaire,
Ton coeur est à reprendre me dit-elle soudainement !
Dans une grande salle de bal aux miroirs de lumière,
Elle fit tourner ma tête comme un manège d’enfant.

A sa taille menue, mes mains étaient légères,
Elles glissaient sur sa robe de crème et de diamants,
Nos bras se confondaient en douces lanières,
Qui donnaient à la nuit un air de firmament.

Nous avions dans les gestes cette envie de nous plaire,
De suspendre le temps à des baisers princiers, 
Et jouir simplement pour des heures entières
D’un bonheur serein aux parures chamarrées. 

Dans son cou je posais des mots pour dire et taire,
Combien sa seule présence suffisait à l’aimer,
Rien d’autre que le parfum distingué de sa chair,
Qui en pétales de fleurs semblait sur moi briller.

Marina Rogard

© Tous droits réservés – 2020 – Marina Rogard

2 Replies to “La dame blanche”

Commentaires fermés