A l’évidence

A l’évidence 
Il n’y aura pas de baiser d’adieu
Pas de silence
Deux connivences
Pour refermer 
Ce qui fut nous
D’un joli nœud.

A l’évidence
Je n’en valais pas
Le peau-aime…

Ici, la porte a giflé 
Les joues roses
De la nuit
Jusqu’à la rompre,
Femme fendue
Au confus-aimant
De croire…

Mots trompe-l’oeil
Mots tout-à-cran
A poings-nommés. 

Ici, le geste-parole
Fut bref
Le terme 
Incisif
Pour désen-combler 
Une vie.

Pourtant,

La mémoire amoureuse 
Se surprend 
A effleurer 
L’encre-beauté
De ses coeur-respondances…

Mots compte-à-redoux
Mots seins-serre
Dans l’apaisante-heure.

Comme si le souvenir
Remplaçait 
La fugue illicite
Des sentiments,
Leur infatigable
Sens de l’humeur…

Pour chuchoter
L’étourdissante caresse,
Il faudrait des
Mots d’accroche-lumière
Des mots mains-tendues
Des mots fougue à la langue du ciel.

A l’évidence
Il n’y aura pas
Deux fins heureuses
Comme une fable
De La Font-Aime.

Mots bague-à-l’âme.

A l’évidence
Il faut me rendre.

Tu dis…

A l’évidence 
Son désamour. 

Marina Rogard

© Tous droits réservés – 2020 – Marina Rogard

Le saviez-vous ? Pauline Croze chante une chanson magnifique intitulée « Baiser d’adieu » que vous pouvez écouter ici : https://www.youtube.com/watch?v=86vY8N6nR8M

5 Replies to “A l’évidence”

  1. Magnifique, poignant… vous nous faites ressentir vos émotions avec une justesse de mots. Je trouve ça beau de décrire une rupture comme vous le faites et touchant.

    Aimé par 1 personne

Commentaires fermés