De papillons

Je sais que tu frimes de m’aimer. De me voir capituler sous le noyau désir. Regarde-moi dans la peau. Dans le garde-manger de tes baisers. Tu me voulais vivante. C’est avec toi que je parle. Que je couve des soleils. Que j’écoute la prophétie des lumières au fond de ta gorge dans le creux de ton cou. Oui tu me bouleverses. Jusqu’à tes grains de mots qui crépitent à la douceur jusqu’à tes mains qui me nourrissent à la bénédiction. Ma poésie vois-tu n’est plus la même. Tu as détourné ma plume vers l’amour ravisseuse de l’intense tu m’as offert le suprême le délicat et sens. Mon inspiration tu l’as rallongé comme un fil de soie entre deux cœurs qui se traversent. Quel jour avons-nous triomphé ? Il me semble que nous nous sommes connues pour devenir inséparables. Que le temps a joué son rôle d’entremetteur. Qu’il a glissé des cartes postales dans nos boîtes à l’être que nos âmes s’empressent de retrouver. D’un ciel à l’autre mes papillons de poésie tournent et tournent dans ta voix. Et je m’accorde à elle. Comme je me lie à toi.

Marina Rogard

Ce texte est à écouter ici :

Recueil Instants d’Aime disponible en version papier et numérique dans toutes les librairies en ligne (Amazon, Fnac, Cultura, etc.). 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :