Cosmos

Toi tu entrouvres mon cœur comme un soleil se fend sur le côté du poème c’est ainsi que l’on devrait se dire les choses aux lenteurs des lumières aux ciels qui brûlent les toits des villes à la tombée du soir à tes pas dans l’escalier qui s’éparpillent en douces mélodies jusque dans mon ventre tu m’émerveilles et même si tu parles d’amour avec des mots maladroits je te regarde toujours avec le sourire parce que tu m’aimes aussi grand que le cosmos tu me l’écris droit dans les yeux et moi je ne connais pas plus bel amour que celui-là vraiment tu pourrais le nommer nativité parce que tu fais naître des désirs qui me plient en creux qui me serrent les poings sur des draps blancs je finis en copeaux sous tes baisers en copeaux de bonheur c’est ainsi que l’on devrait vivre les choses aux regards de la femme-tendresse je pourrais boire d’un seul trait l’intégralité de ta caresse quand on s’endort dans les bras l’une de l’autre.

Marina Rogard

Recueil Instants d’Aime disponible en version papier et numérique dans toutes les librairies en ligne (Amazon, Fnac, Cultura, etc.). 

Ce texte est à écouter ici :

%d blogueurs aiment cette page :